Coaching cognitif et comportemental

L'approche cognitive et comportementale, initiée aux Etats-Unis par A. Ellis et A. Beck, a révolutionné les pratiques d’accompagnement des individus. 

Elle se fonde sur les recherches scientifiques actuelles en psychologie et son évaluation met en lumière les résultats tangibles de son orientation solution.

L'approche cognitive et comportementale, très opérationnelle et centrée sur l’ici et maintenant, est un accompagnement collaboratif destiné à aider le bénéficiaire : 

  • A élaborer et mettre en oeuvre un plan d'action opérationnel, destiné à atteindre une série d'objectifs conjointement définis (dimension comportementale). 

  • A identifier et à faire évoluer les freins de pensée qui se montrent être des obstacles à la réalisation de ce plan d’action (dimension cognitive).  

 

CONCEPTS FONDAMENTAUX

Les pensées automatiques

Les pensées automatiques sont des pensées courtes et rapides qui font temporairement irruption dans notre conscience, à la manière de « pop-up ». Elles sont spontanément activées par l’individu face à une situation donnée et constituent la représentation ou la compréhension qu’il va fabriquer de cette situation.

Acceptées de façon inconditionnelle, ces pensées automatiques génèrent une perception « problématique » de la situation à laquelle l’individu est en train d’être confronté. Perception qui, dans ce cas, provoquera à son tour des conclusions, des émotions et des conduites qui se révèleront contre-productives.

Les biais cognitifs

Un biais cognitif est une manière automatique  de penser, qui consiste à interpréter de façon incorrecte les informations d'une situation. Ce processus de pensée conduit à « artificiellement » extraire certaines informations particulières d’un événement ou d’un individu, puis à « re-packager » et à interpréter de façon orientée ces informations.

Les biais cognitifs sont des modes de raisonnement erronés qui amènent à réaliser des analyses, à prendre des décisions et à mettre en place des actions  non ajustées et inefficaces. La recherche scientifique actuelle identifie approximativement 60 biais cognitifs. Les matrices cognitives permettent, à partir d’un test psychométrique, 

une évaluation et un travail des 7 grandes catégories de biais. 

Les croyances irrationnelles

Chaque individu possède des croyances particulières à propos de lui-même, d'autrui et du monde. Ces croyances sont les filtres à travers lesquels il va percevoir et interpréter les situations, les actions des autres et ses propres caractéristiques.

A. Ellis, définit 4 principaux thèmes de croyances irréalistes :

La faible tolérance à la frustration : fait de croire qu'il est impossible de supporter et de gérer les événements dont on ne souhaite pas la réalisation. 
Exemple : « C'est plus fort que moi, je ne peux pas supporter les retards et les imprévus. ».

L’évaluation globale de soi, d’Autrui et du monde : fait d’assigner, sur la base d'un seul élément problématique, une évaluation gloable et négative à la totalité de soi-même, d'une personne, d'un groupe ou de la vie / du monde. 
Exemple : « Mon DRH a refusé ma demande de formation, il est inhumain ! »

La catastrophisation : fait de penser qu’il est catastrophique qu'une situation non souhaitée se produise. 
Exemple :  « Cela serait terrible que mon projet de réaménagement soit refusé ».

L’exigence : fait, pour l'individu, de vouloir impérativement que les choses se produisent comme il le conçoit.
Exemple : « Il me faut absolument être brillant durant les réunions. »

OPÉRATIONNALISER LA DEMANDE

 

L'opérationnalisation de la demande consiste à aider le coaché à passer d’une demande initiale encore floue à la fabrication d’un plan d’action opérationnel destiné à atteindre des objectifs conjointement déterminés. Cette activité est typique du pragmatisme, de la responsabilisation et de l’orientation solution de l’approche cognitive et comportementale. Elle permet de cadrer et de structurer l’ensemble de l’accompagnement.

Analyser la demande afin de définir un objectif général co-construit entre le praticien et le bénéficiaire.

Décomposer la demande en 3 ou 4 objectifs généraux : grands étapes pour atteinte l'objectif général de l'accompagnement 

("les quoi").

Décomposer chaque objectif général en 3 ou 4 objectifs spécifiques : actions précises et concrètes ("les comment").

Ils vont permettre de mettre en place concrètement l'objectif général qui leur est associé

 

ALLER + LOIN :

  • Facebook - Grey Circle
  • LinkedIn - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
Chrysippe 2019 ©